Atya, Atyopsis, Atyoida et Micratya, les crevettes filtreuses


Dans la famille des Atyidae, on rencontre de singulières représentantes, dotées d'éventails qui leur servent à filtrer l'eau pour se nourrir. Il sagit en réalité de deux paires de péréiopodes qui sont équipées non pas de pinces mais de soies, des soies que la crevette peut déployer et replier, comme les doigts d'une main, afin de capturer les fines particules en suspension dans l'eau. C’est pour cette particularité qu’on les appelle parfois en francais les « crevettes balais ».

L’autre caractéristique de ces crevettes, c’est un corps massif, avec chez certaines espèces, des péréiopodes robustes équipés de crochets. Tout cela indique que ce sont des espèces rhéophiles, c’est-à-dire qu’elles sont adaptées aux forts courants.


Toutes ces espèces ont un mode de reproduction indirect, c'est-à-dire que les oeufs donnent naissance au bout de 3 semaines environ à des larves qui doivent poursuivre leur développement en eau saumâtre. De ce fait, elles se reproduisent rarement en captivité.

Les crevettes filtreuses ont toutes besoin d'un aquarium avec des supports (racines, roches...) placées devant un fort courant d'eau, réalisé avec un filtre puissant ou une petite pompe de brassage. Elles se nourrissent de nombreux micro-organismes, mais aussi de nourriture industrielle en poudre ou en paillettes. Mais elles doivent vivre dans un aquarium mature, c'est-à-dire bien cyclé et riche en micro-organismes. Si elles ne trouvent pas suffisamment à manger dans l'eau, elles iront chercher la nourriture sur le sol. Il faut mieux les nourrir en petite

Atya gabonensis (Chris Lukhaup)

Atyopsis moluccensis (Chris Lukhaup)

quantité plusieurs fois par jour, afin d’assurer un « flot de

nourriture » régulier plutôt que par accoup. La température

de l'eau doit être comprise entre 21 et 26 degrés, et le pH

entre 6 et 8 environ.


Atya gabonensis, la Bleue du Gabon

Atya gabonensis est la plus connue des crevettes filtreuses.
C'est aussi la plus grosse, puisqu'elle peut atteindre les 15 cm !
On la trouve au Gabon, mais aussi dans toute l'Afrique de l'est et
de l'Ouest, du Sénégal au Congo, ainsi que sur la côte est sud-
américaine, du Vénézuela au Brésil. Chez les mâles, la première
paire de péréiopodes est très large et ornée d'épines. La coloration
de cette espèce varie fortement, puisqu'on peut avoir des individus
bleus, gris, blancs, beiges, roses, bruns ou même noirs. En raison de la taille de l'espèce, un groupe d'Atya gabonensis doit être maintenu dans un aquarium de 100-200 l minimum. Les étrangers l'appellent parfois "Crevette Vampire", également en raison de son mode de vie essentiellement nocturne. Elle a des besoins élevés en oxygène, il faut donc lui offrir une très bonne aération en plus d’un fort courant. Equiper le filtre d’un venturi reste l’option idéale, ou utilisez une petite pompe de brassage. Gardez à l’esprit que la plupart du temps elle ne sort que la nuit et que vous risquez de ne pas la voir souvent pendant les premiers mois. Heureusement, elles peuvent vivre jusqu’à une dizaine d’années.
Des éleveurs allemands ont réussi à mettre en place un protocole d’élevage, un des rares exemples de reproduction réussie en aquarium.


Atya scabra
En latin, scabra signifie rugueux : c'est ainsi qu'est la carapace de cette espèce, recouverte de petites épines. Celle-ci est brune ou verte. On trouve Atya scabra en Afrique de l'Ouest, dans les Caraïbes, au Mexique, au Brésil et au Honduras. En Amérique du Sud, l'espèce se reproduit toute l'année, alors que la saison de reproduction s'étend seulement de mars à août en Afrique de l'Ouest. Atya scabra est rarement disponible dans le commerce.


Atyopsis moluccensis, la Crevette Bambou 

L'autre crevette filtreuse la plus connue est la crevette bambou. Elle est originaire des Moluques, mais aussi d'autres îles du sud-est asiatiques. Les femelles mesurent environ 6 cm et les mâles 8 cm. C'est la couleur beige ornée de très fines lignes claires qui a donné à l'espèce le nom commun de crevette bambou, mais celle-ci est devient parfois orangée à rougeâtre. On ne sait pas encore ce qui cause ces changements de coloration. Les jeunes specimens portent une belle ligne beige ou crème tout le long du dos. 
Contrairement aux Atya, Atyopsis moluccensis est facile à observer puisque c’est une espèce diurne.


Atyopsis spinipes, la Saltarelle Soldat

On trouve Atyopsis spinipes aux Philippines, ainsi qu'à Taïwan, Fidji et Samoa. On la confond souvent avec Atyopsis moluccensis, mais une examination appronfondie permet de voir que son rostre est plus court. Les paramètres de maintenance sont les même que pour Atyopsis moluccensis.


Atyoida pilipes, la Saltarelle Koros

Cette espèce est originaire des Philippines, d'Indonésie et de Nouvelle-Guinée. Aux Philippines, cette crevette est appelée "koros". Elle mesure entre 5 et 7 cm et sa livrée se compose de marbrures beiges et vertes ou bleues. Il semblerait que cette crevette soit très sensible lors de la période d'acclimatation. Le nom latin de l'espèce, pilipes, fait référence aux "pieds poilus" de la crevette : en effet, ses pinceaux sont noirs, ce qui leur fait perdre l'aspect transparent que l'on note chez les autres espèces. Il est intéressant d'observer que selon les individus, cette espèce présente deux formes de "main" : l'une constituée de seulement deux segments et l'autre qui s'apparente plus à une vraie main comprenant plusieurs doigts. Les scientifiques ne savent pas encore s'il s'agit d'une adaptation à un habitat particulier ou à une variation saisonnière.

Selon Werner Klotz, seules les femelles portent des pinces en éventail, et les mâles se transformeraient en femelles après avoir atteint une taille de 6 mm. Cela pose évidemment un problème pour la reproduction en aquarium, puisque tous les individus adultes sont des femelles.


Micratya poeyi

Comme le nom du genre l'indique, Micratya ("petite Atya") est la plus petite espèce de crevette filtreuse découverte jusqu'à maintenant, puisqu'elle mesure environ 2 à 3 cm. On distingue deux variétés : une bleutée et une brune. Elles présentent toutes deux un corps coloré, orné de trois épaisses bandes en forme de V : une sur le céphalothorax, une à l'arrière du corps et une à la base de la queue. Celle dernière est également ornée de blanc. Cette espèce est originaire des Caraïbes, du Panama et du Costa Rica. On ne la trouve que très rarement en aquarium.


Atyopsis spinipes (Chris Lukhaup)

Micratya poeyi (Chris Lukhaup)