Qui a dit que la crevette bleue du Gabon ne pouvait pas se reproduire en aquarium ? Sandy Brolowski et Martin Kruck, à Göttingen (Allemagne), ont réussi ce challenge, et ont eu la gentillesse de partager leur expérience dans un article publié sur Crustahunter.


L’élevage d’Atya gabonensis se heurte en effet à plusieurs difficultés successives :

Trouver un couple


Vous avez une paire ou un groupe d’Atya gabonensis, mais comment savoir qui est mâle et qui est femelle ?
Chez cette espèce, le dimorphisme sexuel est loin d’être évident...
On dit que la troisième paire de péréiopodes est plus massive chez les mâles. En pratique, il est difficile de faire une comparaison entre les individus. Si toutefois vous apercevez, comme dans la vidéo ci-dessous, une crevette bleue du Gabon qui virevolte dans votre aquarium, il s’agit probablement d’un mâle excité par les phéromones relâchées par une femelle juste après sa mue, indiquant qu’elle est prête à être fécondée.
Si vous voulez vous lancer dans la reproduction de cette espèce, votre seule chance réside alors dans l’acquisition d’un grand groupe de crevettes, d’une dizaine d’invididus environ.

Atya gabonensis, la crevette bleue du Gabon. (Chris Lukhaup)

Commencez à les nourrir immédiatement, avec du phytoplancton ou du Liquizell. Pendant les 3 premières semaines, nourrissez-les 4 fois par jour, en dosant avec une pipette.


Lorsqu’elles sont âgées de 4 semaines, les larves peuvent s’attaquer à de petites particules de nourriture (voir photo ci-dessous). Vous pouvez ajouter de la nourriture liquide.


  1. 1)Trouver un couple (voir encadré ci-dessus).

  2. 2)Réussir la préparation d’un aquarium d’eau saumâtre.

  3. 3)Faire survivre les larves de cette espèce amphidrome tout au long de leur développement en eau saumâtre.

  4. 4)Faire survivre les juvéniles lors de leur passage en eau

douce.



La préparation de l’aquarium d’élevage en eau saumâtre


Il vous faut installer l’aquarium au moins 1 mois à l’avance, afin de favoriser la formation de microorganismes et d’algues nécessaires à la survie des larves.


Aquarium : Sandy Brolowski et Martin Kruck conseillent un aquarium de 60 litres.


Equipement : contrairement au protocole d’élevage de Caridina japonica, une pompe à air est nécessaire, non pas pour l’aération mais pour le fonctionnement d’un filtre sous substrat. La filtration est en effet obligatoire pour maintenir une eau saine. Ajoutez un thermomètre, et un chauffage à thermostat.


Substrat : le substrat utilisé est du Shrimp Gravel, de Dennerle.


Eau : l’eau saumâtre est réalisée à l’aide de sel marin (Reef Salt, d’Aqua Medic), à une concentration de 28 g/l. Les paramètres ideaux sont : pH 7.6 – 8.0, GH 21, KH 10 – 15, NO2 0, NO3 0.


Eclairage : éclairage classique, 11 h par jour.



Les premières semaines des larves


Félicitations, vos crevettes se sont reproduites et vous venez d’apercevoir vos premières larves ! Il vous faut les siphonner délicatement et les placer dans l’aquarium d’élevage.

 

Durant cette période, vous remarquerez que des algues se sont formées sur les parois de l’aquarium, ainsi que sur le substra (photo ci-dessous). Si vous voyez les larves commencer à s’en nourrir, vous pouvez ajouter de la nourriture en poudre ou des cyclops. Attention toutefois aux quantités afin de ne pas polluer l’eau !

La croissance des juvéniles dans l’aquarium d’eau douce


Maintenant que les jeunes sont dans le bac principal avec leurs parents, vous vous demandez comment les nourrir. Sandy Brolowski et Martin Kruck partent du principe que dans un aquarium bien cyclé, les crevettes filtreuses trouvent suffisemment de microorganismes nécessaires à leur alimentation. C’est vrai aussi pour les juvéniles. Les auteurs ont continué à nourrir les parents comme ils le faisant auparavant, sans se soucier des jeunes, qui ont pourtant poursuivi leur développement sans problème. Ils attirent toutefois l’attention sur le choix du fitre, qui peut s’avérer problématique pour les jeunes crevettes. Choisissez un système où le filtre n’est pas directement collé aux parois.


Espérons que de plus en plus de personnes réussiront l’élevage d’Atya gabonensis, afin de limiter les prélévements en milieu naturel.

Le transfert en eau douce


Sandy Brolowski et Martin Kruck avouent que n’ayant aucune donnée en leur possession à propos de la période idéale pour transférer les juvéniles en eau douce, ils ont progressé dans l’aventure en faisant des essais plus ou moins convaincants. Selon leur expérience, quand les jeunes sont presque transparents, qu’ils nagent “normalement”, et qu’on peut observer les organes internes sous le céphalothorax, c’est que le moment est venu.


Il faut alors procéder ainsi :

  1. -Remplissez un aquarium avec de l’eau saumâtre du bac d’élevage.

  2. -Placez-y les juvéniles.

  3. -Ajoutez un peu d’eau de l’aquarium d’eau douce, progressivement.

  4. -Une fois que l’aquarium contient deux fois plus d’eau douce que d’eau saumâtre, laissez-y les crevettes sous surveillance pendant 24 h, avec une bonne aération.

  5. -Si 24 h plus tard les crevettes sont toujours en vie et semblent bien se porter, vous pouvez les transférer dans l’aquarium d’eau douce.

Au fur et à mesure de leur développement, vous pourrez enfin observer des larves qui se transforment en crevettes miniatures, 4 semaines plus tard. Elles ne se déplacent plus en flottant verticalement, mais en nageant horizontalement, comme les crevettes. Elles sont actives surtout la nuit, comme leurs parents.